Préparation agrégation + CAPES

Des questions sur vos études ? Sur les métiers liés aux mathématiques ? Nos vétérans vous répondent !
un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 18:24

abcd22 a écrit:Et est-ce parce qu'on est capable de faire quelque chose de difficile qu'on doit ou devrait préférer faire ça plutôt que quelque chose de « moins qualifié » ? Quand on étudie on est poussé à trouver évident que si on peut aller en filière générale plutôt qu'en CAP, en S plutôt qu'ailleurs, en prépa plutôt qu'à la fac, à l'X plutôt qu'à Centrale, gagner 3000 euros par mois plutôt que 2000, on doit faire ce « choix », mais tout le monde n'est pas obligé d'avoir comme priorité d'avoir les diplômes les plus prestigieux, ou le métier le plus qualifié, ou le salaire le plus élevé, et on peut tout à fait vivre décemment sans ça.


100 % d'accord avec toi.

Il y a une vraie déprime chez les gens qui sortent de grandes écoles au bout de quelques années. Certains franchissent le pas. D'autres mèneront la vie qu'on a choisi à leur place.



Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 18:24

un_reconverti a écrit:
Oui, "expliquer "les droites remarquables du triangle" à des élèves de 5ème" est pour moi un acte 10 000 fois plus gratifiant. Car quand tu réussis, tu rentres chez toi en ayant le sourire. Et le lendemain, avec un peu de chances, tu gardes le même sourire en allant au boulot.

N'es-tu pas entrain d'idéaliser le métier d'enseignant? As-tu déjà enseigné, au moins une fois? Se retrouver devant une classe de 5eme ne doit pas être gratifiant tous les jours....

Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 18:26

un_reconverti a écrit:100 % d'accord avec toi.

Il y a une vraie déprime chez les gens qui sortent de grandes écoles au bout de quelques années. Certains franchissent le pas. D'autres mèneront la vie qu'on a choisi à leur place.

Tu généralises! Je connais une palanquée d'anciens de GE qui sont très bien dans leurs bottes! A commencer par moi, s'il fallait un contre-exemple...

Timothé Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 12478
Enregistré le: 14 Déc 2005, 14:00

par Timothé Lefebvre » 03 Juin 2009, 18:28

Salut,

puisque vous en parlez j'ai une toute petite question : est-ce qu'un prof "choisit" le niveau auquel il veut enseigner ?
Je m'explique : peut-il chosir entre collège, lycée, prépa par exemple ? Si oui, peut-il aussi choisir la classe (genre première, ou term plutôt que seconde, S ou ES plutôt que L etc.) ?

Désolé si je te pique un peu de place :hein:

EDIT : je le remets puisqu'uztop répond.

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 18:28

Dominique Lefebvre a écrit:Tu généralises! Je connais une palanquée d'anciens de GE qui sont très bien dans leurs bottes! A commencer par moi, s'il fallait un contre-exemple...


Oui, mais j'en connais beaucoup qui ne le sont pas aussi. Et c'est bien dommage quand on est censé avoir suivi une des meilleures formations de France.

Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 18:29

un_reconverti a écrit:Oui, mais j'en connais beaucoup qui ne le sont pas aussi. Et c'est bien dommage quand on est censé avoir suivi une des meilleures formations de France.

C'est vrai bien sur... Mais a contrario, combien de prof sont-ils déprimés et veulent-ils quitter la profession?

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 18:31

Dominique Lefebvre a écrit:N'es-tu pas entrain d'idéaliser le métier d'enseignant? As-tu déjà enseigné, au moins une fois? Se retrouver devant une classe de 5eme ne doit pas être gratifiant tous les jours....


J'ai donné quelques petits cours. Ce n'est pas grand chose, je sais mais j'en retirai un grand plaisir.

J'explique des problèmes de maths à ma femme qui au début me dit que je fais chier, puis petit à petit commence à s'intéresser à ce que je dis. Vous pouvez pas savoir comme c'est agréable.

C'est sur qu'il doit y avoir des hauts et des bas, comme dans tous métiers. Mais il y a de l'humain, et c'est ça qui pour moi est important. Dans un sens ou dans un autre, il y aura des émotions et rien que pour ça vaut le coup de le vivre.

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 18:35

Dominique Lefebvre a écrit:Bonsoir,

Est-ce à dire qu'un ingénieur ne serait avoir une utilité sociale? Ou bien qu'il serait condamné à travailler en costume-cravate?
Je comprends ton point de vue, mais je crois qu'il faut se garder de généraliser. Il y a des ingénieurs qui s'investissent dans leur boulot, auquel ils trouvent à tort ou à raison une utilité sociale. Sans pour autant s'enfermer dans le carcan des conventions sociales et sociétales, qui semblent te peser... Et je te comprends!

Pour ma part, je trouve qu'il est dommage de devoir choisir entre l'enseignement et le job d'ingénieur. Ce qui serait profitable à tous, c'est que des ingénieurs puissent enseigner à temps partiel, ce qui est parfois possible dans certains cas.

Quant au fric, je crois qu'on sera tous d'accord pour dire qu'il en faut, mais que ça ne doit pas être le moteur d'une vie. C'est du moins mon opinion!


Je n'ai pas dit que les ingénieurs n'avaient pas d'utilité sociale, bien sur que non !

Ce que je dis c'est que le reflet de moi-même dans le miroir social n'est pas celui que je reconnais. Ce n'est pas celui que je veux. Ce n'est pas moi.

Quand on me demande : quel métier tu fais ? Je ne suis pas fier en disant :
- je suis auditeur
- trader
- conducteur de travaux
- chef de projet aéronautique
...je ne suis pas fier, non !

Mais par contre, si je dis que j'enseigne...

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 18:41

Dominique Lefebvre a écrit:C'est vrai bien sur... Mais a contrario, combien de prof sont-ils déprimés et veulent-ils quitter la profession?


Ca fait 4 ans que je bosse et ça fait 4 ans que je déprime.

Je suis prêt à prendre le risque, même si dans 5 ans j'en aurai marre et je voudrais faire autre chose.

...et bien j'ouvrirai un bar !

Désolé, mais l'ambition (au sens de la carrière) ne m'a jamais motivé pour un sou.

Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 18:46

un_reconverti a écrit:
Ce que je dis c'est que le reflet de moi-même dans le miroir social n'est pas celui que je reconnais. Ce n'est pas celui que je veux. Ce n'est pas moi.

Il s'agit donc de ta perception de ton être, qui semble te poser problème. J'ai quand même du mal à imaginer que l'on t'ait imposé ton métier. Après tout, en sortant des Mines, tu pouvais faire un tas d'autres choses que d'aller jouer au pingouin dans un cabinet d'audit quelconque (ou autre bien sur, je n'ai rien contre les cabinets d'audit, enfin presque rien :-))


Quand on me demande : quel métier tu fais ? Je ne suis pas fier en disant :
- je suis auditeur
- trader
- conducteur de travaux
- chef de projet aéronautique
...je ne suis pas fier, non !

Mais par contre, si je dis que j'enseigne...

pourquoi ne pas être fier du métier d'ingénieur? Et je pose la question sans arrière pensée car je ne me sens pas vraiment ingénieur....

uztop
Membre Complexe
Messages: 2396
Enregistré le: 12 Sep 2007, 13:00

par uztop » 03 Juin 2009, 18:59

je me reconnais parfaitement dans tout ce que dit "un_reconverti"

Personne ne m'a jamais rien impose, mais je n'ai jamais vraiment choisi de faire ce que je fais non plus.
Voila le parcours assez classique: bon eleve au college lycee donc Bac S, ensuite prepa (dans le meilleur lycee possible evidemment), ensuite on prend la meilleure ecole qu'on a au concours. A la fin de l'ecole, n'ayant pas de passion particuliere dans les etudes qu'on fait, on prend un offre de stage un peu au hasard, puis pareil pour le premier boulot, puis le deuxieme, ... On est tres rapidement "coince": le CV ne correspond pas du tout a ce qu'on aime, ou on a envie de faire.
Si je continuais dans l'informatique, je ferais bien de la formation, mais mon profil ne correspond pas.

Enfin bref, "un_reconverti", je pense que ce genre de messages et de remarques font partie des difficutes a affronter pour se reconvertir.
J'ai d'ailleurs du mal a comprendre ce besoin qu'on les ingenieurs d'expliquer que leur metier est interessant; on a quand meme le droit de preferer enseigner, non ?

Un peu HS mais pour repondre a Tim (meme si tu as efface ton message), non on ne choisit pas a quel niveau on enseigne (du moins pas en debut de carriere); je pense qu'il est assez classique de commencer au college, mais ce n'est pas obligatoire.

Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 19:05

uztop a écrit: J'ai d'ailleurs du mal a comprendre ce besoin qu'on les ingenieurs d'expliquer que leur metier est interessant; on a quand meme le droit de preferer enseigner, non ?

Certes! Et je te dirais que je préfère 100 fois le métier de chercheur...
Mais après tout, le métier le plus intéressant n'est-il pas le métier qu'on aime? Et ce qu'on aime à 25 ans ne peut-être pas ce qu'on aime à 40... Et donc, on change de métier ! En tous les cas, c'est ce que j'ai fait...

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 19:39

Dominique Lefebvre a écrit:Il s'agit donc de ta perception de ton être, qui semble te poser problème. J'ai quand même du mal à imaginer que l'on t'ait imposé ton métier. Après tout, en sortant des Mines, tu pouvais faire un tas d'autres choses que d'aller jouer au pingouin dans un cabinet d'audit quelconque (ou autre bien sur, je n'ai rien contre les cabinets d'audit, enfin presque rien :-))


pourquoi ne pas être fier du métier d'ingénieur? Et je pose la question sans arrière pensée car je ne me sens pas vraiment ingénieur....


En fait, pour être tout à fait clair, ce sont des raisons personelles voire conjuguales qui m'ont poussé à chercher du boulot tout de suite. J'avais au fond de moi-même cette envie de poursuivre dans les études mathématiques. Mais voilà, je ne serai pas très original en disant que l'amour rend aveugle.

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 19:42

uztop a écrit:je me reconnais parfaitement dans tout ce que dit "un_reconverti"

Personne ne m'a jamais rien impose, mais je n'ai jamais vraiment choisi de faire ce que je fais non plus.
Voila le parcours assez classique: bon eleve au college lycee donc Bac S, ensuite prepa (dans le meilleur lycee possible evidemment), ensuite on prend la meilleure ecole qu'on a au concours. A la fin de l'ecole, n'ayant pas de passion particuliere dans les etudes qu'on fait, on prend un offre de stage un peu au hasard, puis pareil pour le premier boulot, puis le deuxieme, ... On est tres rapidement "coince": le CV ne correspond pas du tout a ce qu'on aime, ou on a envie de faire.
Si je continuais dans l'informatique, je ferais bien de la formation, mais mon profil ne correspond pas.

Enfin bref, "un_reconverti", je pense que ce genre de messages et de remarques font partie des difficutes a affronter pour se reconvertir.
J'ai d'ailleurs du mal a comprendre ce besoin qu'on les ingenieurs d'expliquer que leur metier est interessant; on a quand meme le droit de preferer enseigner, non ?

Un peu HS mais pour repondre a Tim (meme si tu as efface ton message), non on ne choisit pas a quel niveau on enseigne (du moins pas en debut de carriere); je pense qu'il est assez classique de commencer au college, mais ce n'est pas obligatoire.


A vrai dire, je recherche un peu ce genre de discussions contradictoires car ça me permet de "tester" mon désir avant de me lancer en posant ma lettre de dem.

Dominique Lefebvre
Membre Légendaire
Messages: 8007
Enregistré le: 03 Déc 2005, 14:00

par Dominique Lefebvre » 03 Juin 2009, 19:49

un_reconverti a écrit:A vrai dire, je recherche un peu ce genre de discussions contradictoires car ça me permet de "tester" mon désir avant de me lancer en posant ma lettre de dem.

Et si tu cherchais un autre job! Il existe sans aucun doute des jobs d'ingé passionnants et gratifiant sur le plan social.

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 03 Juin 2009, 20:13

Dominique Lefebvre a écrit:Et si tu cherchais un autre job! Il existe sans aucun doute des jobs d'ingé passionnants et gratifiant sur le plan social.


Non, je ne me sentirai jamais bien dans le monde de l'entreprise, quelqu'y soit ma place.

Il me faut plus d'humain.

abcd22
Membre Complexe
Messages: 2426
Enregistré le: 13 Jan 2006, 16:36

par abcd22 » 03 Juin 2009, 20:48

uztop a écrit:Un peu HS mais pour repondre a Tim (meme si tu as efface ton message), non on ne choisit pas a quel niveau on enseigne (du moins pas en debut de carriere); je pense qu'il est assez classique de commencer au college, mais ce n'est pas obligatoire.

Ça doit aussi dépendre de si on est certifié ou agrégé, les agrégés en collège ça doit être assez rare (il me semble qu'à la base certifiés = collège, agrégés = lycée, et que c'est pour ça que les agrégés ont moins d'heures de cours : ils sont censés avoir des classes qui demandent plus de travail de préparation et de correction ; mais il y a plein de profs certifiés en lycée maintenant). Pour enseigner en prépa il faut faire une candidature spécifique vers octobre-novembre, je ne connais pas les détails. Pour la répartition des classes entre les profs c'est décidé à l'intérieur de l'établissement il me semble, les détails doivent varier suivant les lycées/collèges.

emdro
Membre Complexe
Messages: 2351
Enregistré le: 11 Avr 2007, 18:37

par emdro » 03 Juin 2009, 20:57

Bonsoir,

Ce n'est pas un choix facile de quitter un métier "valorisant" pour devenir professeur. Entre autres à cause du regard que la société porte sur ces carrières. Il convient de s'y préparer.

Mais on n'est pas heureux par le regard des autres.

Je n'ai jamais regretté d'être devenu professeur de mathématiques après une GE. Il m'est même très rarement arrivé d'aller au travail à reculons depuis que je fais ce métier.

busard_des_roseaux
Membre Complexe
Messages: 3151
Enregistré le: 24 Sep 2007, 15:50

par busard_des_roseaux » 03 Juin 2009, 22:36

uztop a écrit:Au fait, par curiosite, busard, tu es ingenieur ?


j'ai fait la fac.

Je ne vois pas ce qu'un ingénieur GE irait faire dans un collège obscur
d'une ZAC,ZEP,ZUP,ou ZUT. A 8,12, voire 15 ans, élèves, on n'a pas
vraiment besoin de polytechniciens comme enseignants.

Ce qui doit être encouragé, c'est que les ingénieurs soient à
l'aménagement du territoire
la coopération européenne
l'espace,
les bureaux de recherche,etc..

un_reconverti
Membre Naturel
Messages: 21
Enregistré le: 03 Juin 2009, 10:28

par un_reconverti » 04 Juin 2009, 11:10

Pour vous tenir au jus, je dois informer mon entreprise aujourd'hui car je dois monter au plus vite (c'est à dire au plus tard la semaine prochaine) un dossier pour le Fongecif qui financerait ma formation pour l'année prochaine.

En éspèrant que ça marche.

 

Retourner vers ➳ Orientation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tu pars déja ?



Fais toi aider gratuitement sur Maths-forum !

Créé un compte en 1 minute et pose ta question dans le forum ;-)
Inscription gratuite

Identification

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Inscription gratuite