La science a t'elle des limites?

Quand Socrate rencontre Shakespear: discussions littéraires, langues étrangères, histoire ou géographie.
missoum
Membre Naturel
Messages: 39
Enregistré le: 19 Juil 2006, 23:29

par missoum » 10 Aoû 2006, 00:39

L'homme peut t-il re-fabriquer un environnement sain et non hostile à la vie?



nekros
Membre Irrationnel
Messages: 1507
Enregistré le: 30 Oct 2005, 20:57

par nekros » 10 Aoû 2006, 00:43

Peut-être !

As-tu déjà entendu parler de la terraformation de Mars ?
C'est un sujet très sérieux qui attire bon nombre de scientifiques.

Thomas G :zen:

missoum
Membre Naturel
Messages: 39
Enregistré le: 19 Juil 2006, 23:29

par missoum » 10 Aoû 2006, 00:48

Oui j'ai déjà entendu parler de cela , mais ça reste pour moi de la science fiction.

nekros
Membre Irrationnel
Messages: 1507
Enregistré le: 30 Oct 2005, 20:57

par nekros » 10 Aoû 2006, 00:58

De la science-fiction, oui, peut-être à notre époque.

Mais si les scientifiques se penchent dessus, (et ont déjà imaginé certaines méthodes de terraformation), c'est que ce sera possible, mais pas tout de suite (la science progresse à une vitesse folle, un peu de patience)

Regarde, si tu étais une personne des années 1920, l'idée d'aller sur la Lune t'aurais paru de la science-fiction...et pourtant quelques décennies plus tard...

Thomas G :zen:

missoum
Membre Naturel
Messages: 39
Enregistré le: 19 Juil 2006, 23:29

par missoum » 10 Aoû 2006, 01:19

Entre parenthèses, Sais tu que 30% d'américains (dont la quasi totalité sont du domaine scientifique ) ne croient pas en la mission d'apollo, ce n'etait qu'une supercherie de grande envergure
d'autre part , l'homme à toujours cru avoir raison mais le temps a toujours su démontré le contraire

nekros
Membre Irrationnel
Messages: 1507
Enregistré le: 30 Oct 2005, 20:57

par nekros » 10 Aoû 2006, 01:26

Entre paranthèses, sais-tu que plus de la moitié des américains croient ce que racontent les médias... :triste:

Mais je crois qu'on s'éloigne un peu du sujet initial, non ?

On pourrait parler des possibles supercheries de la NASA mais on y passerait des heures...
Surtout vis-à-vis du contexte historique !

Thomas G :zen:

tarbag
Membre Relatif
Messages: 118
Enregistré le: 19 Juil 2006, 11:11

par tarbag » 10 Aoû 2006, 11:42

salut
Je pense que la science, basée sur des principes humanitaires, peut nous ramener à niveau de civilisation très élevé. Au contraire la science sans principes humanitaires va certainement nous détruire.
salut

nekros
Membre Irrationnel
Messages: 1507
Enregistré le: 30 Oct 2005, 20:57

par nekros » 10 Aoû 2006, 15:09

tarbag a écrit:salut
Je pense que la science, basée sur des principes humanitaires, peut nous ramener à niveau de civilisation très élevé. Au contraire la science sans principes humanitaires va certainement nous détruire.
salut


Assez utopique quand même...dans un monde où l'individualisme règne.

Thomas G :zen:

missoum
Membre Naturel
Messages: 39
Enregistré le: 19 Juil 2006, 23:29

par missoum » 10 Aoû 2006, 18:22

Moi je pense que tant que les hommes de science resteront maniables dans les mains de politiciens et industriels, l'humanité ne retrouvra point espoir.
notre sort est entre les mains de ces scientifiques .

nekros
Membre Irrationnel
Messages: 1507
Enregistré le: 30 Oct 2005, 20:57

par nekros » 10 Aoû 2006, 18:26

Bonjour,

Espérons que leurs mains soient propres...

Thomas G :zen:

missoum
Membre Naturel
Messages: 39
Enregistré le: 19 Juil 2006, 23:29

par missoum » 10 Aoû 2006, 18:50

salut Thomas,
Moi j'espère que leurs consciences soient vivantes

mathieu_t
Membre Naturel
Messages: 53
Enregistré le: 02 Mai 2006, 11:55

par mathieu_t » 18 Aoû 2006, 15:45

Bonjour à tous.
Je voudrais rebondir sur cette foi en la science que certains semblent partager.
Beaucoup nourrissent la certitude que la plupart des problèmes de société ou d'environnement trouvera un jour une réponse technique, concoctée par des scientifiques dont la connaissance ne fait que s'accroître...
L'épuisement des ressources naturelles ou des énergies fossiles ? L’utilisation accrue d’énergies renouvelables et de futures inventions technologiques permettront une moindre consommation d’énergie et de ressources. La pollution ? Les technologies de dépollution seront de plus en plus efficaces. Les risques nucléaires ? Ils seront de mieux en mieux gérés par de nouveaux outils de surveillance. Les cancers ? Des nano-robots détecteront et détruiront les tumeurs dès leur apparition.


Pourtant, on peut dores et déjà observer plusieurs phénomènes qui tendraient à contredire cela :
* La croissance industrielle des pays -et notamment celle des pays dits ''en développement''- s'accompagne d'une augmentation de la pollution. Même si certaines industries à la pointe de l'innovation diminuent les pollutions de leurs procédés, elles l'augmentent en valeur absolue, au rythme de la croissance de leur production.

* Chaque technique, en résolvant des problèmes, en soulève toujours de nouveaux. Pour combattre ces ''effets secondaires'', il faut réaliser de nouveaux progrès techniques qui nécessitent de plus en plus de sophistication. Par exemple, les engrais chimiques améliorent la productivité des cultures, mais ils polluent les sols et les ressources en eau. Il faut donc un traitement plus poussé pour rendre l’eau potable. Ce traitement génère des déchets supplémentaires difficiles à détruire, etc.

* L'application effective des améliorations techniques est bien plus lente que les problèmes générés. Un seul exemple : même si un moteur ''propre'' est inventé, le temps de renouveler le parc automobile prendra vraisemblablement plusieurs dizaines d’années.

* Le rendement médiocre de la dépollution. Non seulement les industries de dépollution ne réussissent jamais à dépolluer autant que la société ne pollue, mais, de plus, elles polluent en dépolluant. Par exemple, une station de traitement des eaux usées produit des boues chargées en métaux lourds ; ces boues sont soit envoyées en décharge, soit épandues sur les terres agricoles, soit incinérées puis stockées en décharge. Tous ces procédés consomment une grande quantité d'énergie et de produits chimiques. Il s’agit davantage d'un déplacement de pollution que d'une dépollution.

* L'irréversibilité. Certains ''effets secondaires'' du progrès technique sont irréversibles : l'accident nucléaire de Tchernobyl, les pesticides persistants, la fonte des glaces, etc. D’autres ne sont connus que plusieurs années après. Par exemple, pour lutter contre les dioxines produites par la combustion des déchets ménagers, des normes plus strictes ont été mises en place pour les incinérateurs. Il s’agit, en particulier, d’augmenter la température de combustion, ce qui limite la quantité de dioxines produites. Mais personne ne sait réellement quelles sont les nouvelles substances générées par ce nouveau mode d’incinération. Dans dix ans, peut-être s’apercevra-t-on que ce dernier produit des substances encore inconnues - et donc actuellement non détectées - dont l’impact sur la santé humaine est équivalent ou pire que les dioxines. Plus le progrès technique croît, plus augmente la somme de ses effets imprévisibles.

* L'effet rebond. L'amélioration des procédés industriels, en terme d'efficacité écologique, entraîne bien souvent une augmentation de la consommation matérielle. Par exemple, les ménages occidentaux profiteront des gains financiers liés aux économies d'énergie pour voyager plus souvent. Paradoxalement, ils pollueront donc davantage.

Pour toutes ces raisons, il est permis de douter de l'efficacité du progrès technique pour remédier à l'épuisement des ressources naturelles, à l'accumulation des déchets et de la pollution. Les solutions sont avant tout politiques. Il s'agit surtout de rompre avec la logique de profit à tout prix.

Je voudrais ajouter qu'en plus, nous n'avons pas réellement fait de "bond en avant" depuis bientôt plus de 50 ans (apparition du nucléaire, si tant est que ça soit vraiment un "progrès"), car le reste de la recherche avance à très petit pas (je suis bien placé pour le dire : je suis dedans).
Je pense qu'il est dangereux de faire un pari aussi risqué sur l'avenir : dans le doute, il faut considérer que la science n'apportera pas la solution à tous nos problèmes... Nous devrions au contraire tenter de supprimer la cause plutôt que d'essayer d'en éliminer la conséquence...

mathieu_t
Membre Naturel
Messages: 53
Enregistré le: 02 Mai 2006, 11:55

par mathieu_t » 21 Aoû 2006, 12:21

Bonjour,

Bon tout d'abord je pense que les experts sont rares ici, et je suis loin d'en faire partie...
Néanmoins, je voudrais revenir sur certains points : le panneau solaire est (pour l'instant peut-être) plus polluant à la production que ce qu'il permet de gagner lors de son fonctionnement : ainsi on retrouve bien le schéma "une technologie résoud un problème mais en crée un autre"...

Tout ça pour dire que la technologie est peut-être capable de résoudre les solutions, mais :
- dans combien de temps ?
- a-t-on le temps ?
- cela n'engendre-t-il pas plus de désastres que de bien-être ?
- est-ce la solution ?

En effet, il est peut-être essentiel de revoir nos modes de vie, qui à mon sens sont trop portés dans le technologisme (sans toutefois complètement abandonner la technologie, il faut l'utiliser avec parcimonie, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui)...

Un exemple concret : plutôt que de s'attaquer à la cause de l'obésité, qui est la mal-bouffe (mélangée peut-être à des facteurs génétiques, mais pas suffisants pour déclencher la maladie), on tente de trouver des médicaments qui soignent l'obésité : on arrive donc à l'absudité suivante : on peut continuer à mal manger car la science nous le permet...

Je dirais que cette société est à l'image de l'obèse : on se permet de se comporter négligemment avec la planète car la science nous le permettrait (ce qui est loin d'être aussi facilement démontrable !).

ayanis
Membre Relatif
Messages: 234
Enregistré le: 19 Aoû 2006, 23:22

par ayanis » 21 Aoû 2006, 12:39

Bonjour,

Que de fatalisme! Faut pas être défaitiste comme ça, les progrès de la medecine sont un bon exemple de science qui ne fait que profiter à l'homme non? Et pour ce qui est de la pollution elle est moindre aujourd'hui qu'il y a quelques siècles où les gens jetaient dans la rue leurs déchets et leurs excréments, non? La seule différence c'est qu'aujourd'hui on le sait, et les médias transmettent de la peur pour "sensibiliser" (je dirais plus culpabiliser) les gens.

Mais même si la science fait des progrès, il sera à jamais impossible de "créer" de la vie... Le clonage certes, mais on utilise des cellules vivantes pour créer le clône. Tant que les scientifiques ne comprendront pas d'où vient la première cellule il leur sera impossible de créer de la vie de toutes pièces et seuls les prestidigitateurs peuvent transformer un foulard en oiseau...

ttyl

mathieu_t
Membre Naturel
Messages: 53
Enregistré le: 02 Mai 2006, 11:55

par mathieu_t » 21 Aoû 2006, 15:02

Bonjour,

Bien qu'il est vrai que mes propos puissent paraître fataliste, il n'en est rien ! Je dis juste qu'il faut se méfier de la croyance (ou plutôt la foi inébranlable) en la science...
Comme tu l'as dit, la médecine a apporté beaucoup de bienfaits, d'ailleurs je participe à des projets médicaux dans mon métier.
Et pour ce qui est de la pollution elle est moindre aujourd'hui qu'il y a quelques siècles où les gens jetaient dans la rue leurs déchets et leurs excréments, non? La seule différence c'est qu'aujourd'hui on le sait, et les médias transmettent de la peur pour "sensibiliser" (je dirais plus culpabiliser) les gens.

Là par contre je ne suis pas du tout d'accord !
La pollution a augmenté (je n'ai pas les chiffres, mais pour qu'on ait augmenté en température de plus de 0.5°c en 150 ans, il faut une sacrée concentration de CO2 en plus), en témoignent ces 2 liens (parmi 1 million d'autres) :
Ici et encore là.

De plus, certes jeter ses excréments dans la rue, c'est pas propre, mais ça ne pollue pas au sens où ça ne tue pas l'environnement... Maintenant je trouve ça très bien qu'on fasse ça chacun chez soi, j'ai jamais dit le contraire...

ayanis
Membre Relatif
Messages: 234
Enregistré le: 19 Aoû 2006, 23:22

par ayanis » 21 Aoû 2006, 15:21

Je voulais juste dire par là que la pollution a toujours existé, certes la pollution atmosphérique est bien plus importante aujourd'hui, mais la pollution dans la rue est moindre. La pollution visuelle est beaucoup plus importante aujourd'hui qu'elle ne l'a jamais été, mais la pollution de l'eau du robinet est moindre (quoique ça dépende des régions). Aujourd'hui on peut boire de l'eau filtrée, de l'eau minérale avant c'était pas possible est pourtant il y a toujours eu des saletés dans les eaux des rivières. Je voulais juste dire que les pollutions quelles qu'elles soient ont toujours existé mais je n'ai jamais négligé la pollution de l'air, j'ai même fait un TPE la dessus il y a quelques années... donc je connais :we:

ttyl

mathieu_t
Membre Naturel
Messages: 53
Enregistré le: 02 Mai 2006, 11:55

par mathieu_t » 21 Aoû 2006, 15:28

Aujourd'hui on peut boire de l'eau filtrée, de l'eau minérale avant c'était pas possible est pourtant il y a toujours eu des saletés dans les eaux des rivières.
Sauf que l'eau est filtrée à cause des pesticides et autres saloperies...
Et l'eau minérale, d'où vient-elle sinon des sources ?? Avant, pas besoin de filtrer cette eau puisqu'elle était pure (d'où vient cette idée des saletés ? l'eau de source a toujours été claire, quelle que soit l'époque) !!
C'est vraiment une croyance dangereuse que de croire que c'est la science qui nous a apporté tout ce bienêtre ! C'est vrai, mais dans certaines proportions, pas tout le temps ! Et l'eau fait partie des choses qui ont été déterioré au contraire !

Franchement, côté pollution, on n'a rien gagné grâce à la science, au contraire... Malgré tout je ne suis pas anti-scientiste, mais il faut faire attention à ce que l'on croit...

panoramix
Membre Relatif
Messages: 108
Enregistré le: 04 Sep 2006, 22:03

par panoramix » 10 Sep 2006, 01:12

Salut à tous,

pour faire court, la science n'a jamais eu pour but de résoudre les problèmes humains. Elle nous permet d'appréhender un peu mieux le monde dans lequel on vit. C'est déjà pas mal. Quant aux problèmes, c'est à chacun de nous de les résoudre. La science qui n'est qu'un outil ne peut rien faire à ce niveau.

Pour le parallèle avec la guerre, les hommes préhistoriques ont découvert le feu pour se chauffer et la lance pour chasser. Aujourd'hui, on a des centrales nucléaires et des fusils, mais rien n'a changé dans le comportement humain. Au troisième siècle avant Jésus Christ les stoiciens étaient déjà pour l'abolition de l'esclavage et les grandes idées d'humanisme (à l'échelle de l'humanité) datent déjà de la renaissance. Nos problèmes ont toujours existé et je ne prends pas beaucoup de risque à dire qu'ils ne sont pas prêts de se résoudre tout seul.

bye

 

Retourner vers ♋ Langues et civilisations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tu pars déja ?



Fais toi aider gratuitement sur Maths-forum !

Créé un compte en 1 minute et pose ta question dans le forum ;-)
Inscription gratuite

Identification

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Inscription gratuite