Lecture analytique !!

Quand Socrate rencontre Shakespear: discussions littéraires, langues étrangères, histoire ou géographie.
raissa1011
Membre Relatif
Messages: 166
Enregistré le: 26 Jan 2007, 07:47

Lecture analytique !!

par raissa1011 » 20 Nov 2007, 10:52

Bonjour,
J'ai une lecture analytique pourvu d'une introduction, d'un développement et d'une conclusion a faire sur un extrait de Madame Bovary de Gustave Flaubert !!
Je n'y arrive pas quelqu'un pourrait m'aider !!
Voici le texte :

Gustave Flaubert, Madame Bovary (1857)
-M'aimes-tu ?
-Mais oui, je t'aime ! répondait-il.
-Beaucoup ?
-Certainement !
-Tu n'en a pas aimé d'autres, hein ?
-Crois-tu m'avoir pris vierge ? s'exclamait-il en riant.
Emma pleurait, et il s'efforçait de la consoler, enjolivant de calembours ses protestations.
-Oh ! c'est que je t'aime ! reprenait-elle, je t'aime à ne pouvoir me passer de toi, sais-tu bien ? J'ai quelquefois des envies de te revoir où toutes les colères de l'amour me déchirent. Je demande : "Où est-il ? Peut-être il parle à d'autres femmes ? Elles lui sourient, il s'pproche..." Oh ! non, n'est-ce pas, aucune ne te plaît ? Il y en a de plus belles; mais, moi, je sais mieux aimer ! je suis ta servante et ta concubine ! Tu es mon roi, mon idole ! tu es bon ! tu es beau ! tu es intelligent ! tu es fort !
Il s'était tant de fois entendu dire ces choses, qu'elles n'avaient pour lui rien d'original. Emma ressemblait à toutes les maîtresses; et le charme de la nouveauté, peu à peu tmbant comme un vêtement, laissant voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. Il ne distinguait pas, cet homme si plein de pratique, la dissemblance des sentiments sous la parité des expressions. Parce que des lèvres libertines ou vénales lui avaient murmuré des phrases pareilles, il ne croyait que faiblement à la candeur des celles-là; on en devait rabattre, pensait-il, lesdiscours exagérés cachant les affections médiocres; comme si la plénitude de l'âmene débordait pas quelquefois par les métaphores les plus vides, puisque personne, jamais, ne peut donner l'exacte mesure de ses besoins,nide ses conceptions, ni de ses douleurs, et que la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons les mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.

Moi j'ais mis :
C'est un extrait de l'oeuvre de Gustave Flaubert, Madame Bovary de 1857.
Le théme principal du texte est le doute q'éprouve Madame Bovary au sujet de l'amour que son mari lui porte.
C'est un texte narratif donc type de texte ou type de discours narratif.
On observe le champ lexical de l'amour.

Est ce que vous pourriez m'aider ?
je ne sais même pas comment faire une introduction, ni le developpement ni la conclusion merci de votre aide !! :cry:



 

Retourner vers ♋ Langues et civilisations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Tu pars déja ?



Fais toi aider gratuitement sur Maths-forum !

Créé un compte en 1 minute et pose ta question dans le forum ;-)
Inscription gratuite

Identification

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Inscription gratuite