De plus en plus degoutee du metier...

Venez à la rencontre des autres membres: discussions en tous genres (sauf politiques), anniversaires, faits divers
Anonyme

par Anonyme » 27 Déc 2012, 19:03

Nightmare a écrit:Apprendre qu'il faut bosser plutôt que glandouiller devant la télé, ça fait parti de l'éducation parentale. Maintenant, il y aura souvent une opposition entre ces valeurs et celles qu'on crée dans la vie sociale scolaire.

Cependant, les parents sont en charge jusqu'aux 18 ans et c'est aussi leur boulot d'apprendre à leurs ados de faire la part des choses. C'est donc en partie leur faute si ce n'est pas fait.



Mais si l'enfant ne fait rien, bien que ses parents font tout pour lui, c'est de la faute à qui ?



Anonyme

par Anonyme » 27 Déc 2012, 19:05

annick a écrit:@Saccharine,
sans vouloir te contredire, Bourdieu est avant tout un sociologue qui a totalement révolutionné la sociologie.
La composante économique n'est qu'une composante parmi beaucoup d'autres dans les théories de Bourdieu.


Coups, excuse moi tu as entièrement raison, je me demande ce qui m'a pris de dire ça :mur: et c'est la même chose pour Boudon ><

Pourtant je n'ai pas bu...

Orly94
Membre Naturel
Messages: 45
Enregistré le: 29 Nov 2012, 22:21

par Orly94 » 27 Déc 2012, 19:06

Merci Saccharine pour votre message,

Ce sont les eleves qui me degoutent le plus de ce metier. Les parents, pour la plupart, les soutiennent dans leur apprentissage. Les gamins sont conscients qu ils trainent derriere eux des annees de lacunes, mais non, ils continuent a ne rien faire pour remedier a la situation. Alors voila, les cours s enchainent et on n avance pas. J ai l impression de refaire le meme cours a chaque fois. Limite, je devrais m enregistrer et rediffuser l enregistrement, ca me ferait gaspiller moins de salive. :hum:
Je vous dis, a vous degouter de ce boulot...

Nightmare
Membre Légendaire
Messages: 13817
Enregistré le: 19 Juil 2005, 19:30

par Nightmare » 27 Déc 2012, 19:07

Si l'enfant s'oppose à ses parents coûte que coûte c'est qu'il à reçu une mauvaise éducation plus petit. Ce n'est pas toujours entièrement la faute des parents mais ils ne sont jamais tout blanc.

Il y a aussi le fait que l'enfant soit mal à l'aise dans les études qu'il suit. Mais là encore c'est souvent dû à une orientation forcée.

Anonyme

par Anonyme » 27 Déc 2012, 19:14

C'est ça, il y a des enfants qui ne veulent pas étudier alors que les parents les "obligent" en quelques sortes. Donc au final ils ne foutent rien parce qu'ils n'y prennent pas plaisir, c'est une corvée pour eux.

Mais il y en a aussi qui veulent réussir mais n'y arrivent pas, vu qu'ils ont des lacunes, ou autre. Donc au final ils dont démotivés.

Orly94
Membre Naturel
Messages: 45
Enregistré le: 29 Nov 2012, 22:21

par Orly94 » 27 Déc 2012, 19:27

Je ne sais plus comment m y prendre avec eux. Ce n est pas faute de ne pas essayer de leur donner le gout de la matiere... Mais comme vous le soulignez, tous les deux, ce sont les parents qui les forcent. En meme temps, si on attendait que l envie d etudier vienne d eux, on attendrait longtemps...
Meme en 3e, avec le brevet qui approche, ils ne reagissent pas... Qu est-ce que vous voulez y faire... :dingue:

Anonyme

par Anonyme » 27 Déc 2012, 19:37

Orly94 a écrit:Je ne sais plus comment m y prendre avec eux. Ce n est pas faute de ne pas essayer de leur donner le gout de la matiere... Mais comme vous le soulignez, tous les deux, ce sont les parents qui les forcent. En meme temps, si on attendait que l envie d etudier vienne d eux, on attendrait longtemps...
Meme en 3e, avec le brevet qui approche, ils ne reagissent pas... Qu est-ce que vous voulez y faire... :dingue:


Vous êtes tomber sur de mauvais éleves, c'est tout... en même temps, les bons n'ont pas vraiment besoin de cours particuliers...

Faudrait que quelqu'un leur explique à quoi servent les cours, et pourquoi ils étudient.
Il y a des éleves qui ont des ambitions, des rêves auxquel ils veulent parvenir, donc ont l'envie de travailler. Alors que d'autres, n'ont pas d'objectifs, pensent que tout leur est inaccessible et/ou ont l'habitude de tout recevoir des parents, donc jugent ne rien avoir besoin. Et le jour où les parents ne seront plus là pour les aider financièrement, lorsqu'ils devront s'en sortir seuls, ils vont le regretter.

Mais ceci dit, les enfants qui ont des parents qui n'ont pas beaucoup étudié, mais qui veulent absolument que leurs enfants étudient, ça ne motive pas souvent..

annick
Habitué(e)
Messages: 6028
Enregistré le: 16 Sep 2006, 11:52

par annick » 27 Déc 2012, 19:38

Pour avoir donné des cours particuliers de maths pendant 30 ans et avoir eu quelques résultats, je me permets de faire quelques remarques :

1) Je suis d'accord avec Nightmare, la première chose à faire est de vérifier que c'est bien l'élève qui est partie prenante de l'histoire et non que c'est une imposition des parents. Comme disait mon père, "on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif".

2) Il faut aborder cet échange avec l'élève d'une façon différente de celui qu'il vit en classe avec ses profs.
La clef de voûte de cette relation me semble devoir être basée sur les encouragements et la prise de confiance en soi, car, il faut le dire, contrairement aux pratiques de certains autres pays, nos élèves sont quand même peu valorisés par tous les éducateurs qu'ils rencontrent (parents, enseignants...).
Il ne faut pas hésiter à leur dire que nous aussi nous avons eu du mal au même endroit qu'eux, que nous aussi, nous avons fait une erreur d'étourderie en préparant leur exercice, que nous n'avons pas la réponse à une de leur question mais que nous allons y réfléchir pour le prochain cours (ce qui pourra permettre d'expliquer quelle a été notre démarche de recherche pour trouver la solution), etc...et que l'on a tous appris beaucoup de nos erreurs. Ne pas hésiter non plus à exprimer une certaine admiration si leur raisonnement est parfois plus subtil que le nôtre.
Or, en cours particulier, ceci est possible car nous n'avons pas à prouver à une classe entière que nous sommes les profs et qu'ils sont les élèves, nous n'avons pas de risque de débordement...

Bref, encourager, humaniser.

On peut aussi leur demander un petit mail la veille du cours pour savoir sur quoi ils ont buté dans la semaine et ce sur quoi ils préfèreraient travailler. Là encore, c'est une prise d'autonomie pour eux.

Je crois que les élèves qui disent le plus qu'ils n'en ont rien à faire sont en fait des gamins qui n'ont pas été beaucoup encouragés et qui n'ont plus qu'une seule solution, c'est de donner raison à tous ceux qui ne croient pas en eux.

Bon, cela fait un peu donneuse de leçons et ce n'est absolument pas mon but, mais que l'on soit bien clair, ces constatations, je ne les ai pas faites en un jour. Mais au fil du temps, je me suis aperçue que mes cours étaient peut-être moins techniques, mais que je passais beaucoup de temps à redonner confiance, à exprimer un regard bienveillant et que cela donnait des résultats, parfois même dans les autres matières.

En tous cas, bon courage à toi, Orly94, et effectivement si à un moment donné tu sens que tu as perdu tout regard bienveillant sur les enfants, alors pose-toi peut-être la question de savoir comment tu pourrais t'orienter différemment.

Orly94
Membre Naturel
Messages: 45
Enregistré le: 29 Nov 2012, 22:21

par Orly94 » 27 Déc 2012, 20:11

Merci Annick pour votre message,

Ce n est pas si simple de suivre vos indications. Comment encourager quelqu un qui "vient chez vous en touriste" (les trois-quarts du temps sans le support sur lequel nous travaillons), qui n a rien revu du cours precedent, qui n a rien appris non plus (je ne parle meme pas des exercices) ? Comment l encourager quand il n ouvre pas la bouche pour donner une reponse ? C est simple a comprendre : il n y a aucun travail / effort de leur part, ni chez eux, ni chez moi. Et faudrait les encourager ?!! A quoi ?!!
Y a des annees, on leur aurait mis un bon coup de pied au... ! Tout le monde n a pas la chance de beneficier de cours de soutien, ils sont tous persuades que leurs parents cherchent a les "emmerder"...
Quant a proposer a l eleve de choisir ce sur quoi il veut travailler, j ai deja teste. Il n y a pas plus de travail que de coutume. Je ne peux rien en tirer, c est simple.
Il m est aussi arrive de discuter avec eux de leur orientation, ce qui les motive... La plupart n ont pas d idees de ce qu ils veulent faire, y compris en 3e... alors que c est justement la qu il faut se decider...
Quant a me reorienter, j en arrive apres avoir exerce bon nombre de petits boulots plus ingrats les uns que les autres. L avantage de celui-la est qu il me permet de rester chez moi tout en elevant mon enfant, mais il y a les mauvais cotes effectivement... :soupir:

Kikoo <3 Bieber
Membre Transcendant
Messages: 3814
Enregistré le: 28 Avr 2012, 11:29

par Kikoo <3 Bieber » 27 Déc 2012, 20:18

Oui, pas facile d'avoir affaire à des élèves qui ne veulent pas progresser.

J'ai bien lu tout ce qui a été dit et tu te trouves devant une sorte d'impasse. Maintenant, soit tu sélectionnes tes élèves tout comme Nightmare (bien qu'il soit difficile de trouver des élèves en difficulté et sérieux à la fois au collège), ou bien tu essaies de monter d'un cran et de proposer des cours au lycée.
Il te faudra te mettre à jour mais je pense qu'avec de la volonté c'est possible, et il y a de fortes chances que tu puisses te retrouver avec des élèves un peu plus zêlés.

Sinon, faut envisager une sortie de secours !

PS : et surtout, n'oublie pas qu'enseigner est un métier dur. Il faut savoir expliquer et avoir "l'esprit" adéquat. Je ne saurais comment te dire mieux, des adolescents se rebutent souvent devant certains comportements qu'ils jugent autoritaires...
Ce n'est peut-être pas ton cas mais au cas où ;)

annick
Habitué(e)
Messages: 6028
Enregistré le: 16 Sep 2006, 11:52

par annick » 27 Déc 2012, 20:39

Encore un petit conseil : il faut essayer d'y mettre le moins d'affectif possible et éviter de penser que c'est pour te faire ch... toi qu'ils font ça. En général, leurs attitudes ne sont pas dirigées contre l'adulte, mais c'est leur façon d'exprimer leur mal être.
Mais je vois bien que toi aussi tu souffres dans toute cette histoire et que l'on ne peut pas t'aider beaucoup. J'en suis vraiment désolée pour toi et j'espère que tu vas trouver bien vite quand même quelques rayons de soleil dans ta vie.

Valentin03
Membre Relatif
Messages: 429
Enregistré le: 23 Déc 2012, 15:08

par Valentin03 » 28 Déc 2012, 19:48

Salut tous,
Pour avoir été ce mauvais élève il y a cinquante ans, je peux donner un nom à la démotivation; c'est "abstraction".
Quel intérét d'aprendre à résoudre des équations, dans le seul but de savoir le faire ?
A présent, que je fais de la recherche (interfaces solide/gaz), et un peu de programmation.
Les maths "appliquées" à des problèmes précis et concrets présentent un tout autre intérét.

herr_mulle
Membre Naturel
Messages: 97
Enregistré le: 10 Nov 2012, 17:51

par herr_mulle » 28 Déc 2012, 20:24

Bon courage

 

Retourner vers ☕ Coin café

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tu pars déja ?



Fais toi aider gratuitement sur Maths-forum !

Créé un compte en 1 minute et pose ta question dans le forum ;-)
Inscription gratuite

Identification

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Inscription gratuite